Cambodge – Kratie

Une bonne nuit blanche plus tard, grâce à notre chambre à 40°C, nous prenons à nouveau un car à 7h (durée annoncée de 5/6h) pour Kratie. Petite surprise sympathique du matin, le car est complètement défoncé et dégueulasse à souhait. Nous montons dedans à 7h30 ; plutôt à l’heure pour une fois, donc nous ne nous plaignons pas trop. Très rapidement, nous nous rendons compte que nous faisons beaucoup de tours dans la ville pour prendre des locaux. En fin de compte, à 10h le bus est toujours à Phnom Penh et nous n’avons pas avancé d’un chouia. Encore une fois, on est résigné, et on préfère en rigoler avec deux couples de Français présents dans le car, qui n’en peuvent plus eux non plus. Le goudron étant inexistant, les routes sont vraiment hardcore (Jubern si tu lis cet article…). Nous arrivons quand même à bon port à 16/17h (encore 9h de trajet) et découvrons un endroit joli et calme, ce qui nous fait vraiment le plus grand bien. Nous trouvons une guesthouse très sympa avec grande terrasse sur le fleuve, et y apprécions le plus beau coucher de soleil du Mékong (parole de Lonely Planet). Notre chambre est immense, avec deux beaux lits pour 7$ la nuit. Nous dînons avec les deux couples rencontrés dans le bus, et échangeons tous nos anecdotes de voyages.

Lendemain matin, Sev n’est toujours pas totalement remis de l’épisode KFC (sûrement les nombreux chilis du plat de la veille). Cependant, sur les conseils de Frank (un super mec), nous allons faire une ballade de 10km sur l’île de Koh Trong en face de l’hôtel, qui se révèle totalement dépaysante. Nous empruntons un petit bateau pour traverser le Mékong et nous y sommes en 5 min à peine. Les habitants sont très beaux, très sympas et les larges sourires sont vraiment appréciables. Nous pouvons dégainer l’appareil photo afin de prendre en pix ce très beau spectacle. On voit les gens travailler dans les rizières, pêcher dans le Mékong, les enfants revenants de l’école à vélo… Vraiment magnifique.

ZtyNMwTfrV00M7nM.jpg

Durant l’attente du bateau pour rentrer (pas loin d’une heure), quelques Cambodgiennes âgées nous reluquent, rient en nous regardant et font des commentaires sur tout. En gros, elles se foutent complètement de notre gueule. Mais dans un bon esprit, alors nous jouons le jeu et engageons la communication par mimes. La chef de cette petite troupe arrive a nous faire comprendre qu’on est forcément frères. C’est pas la première fois depuis qu’on est en Asie que l’on entend ça. On a beau lui dire que non, elle n’en démord pas et nous affirme très sérieusement qu’on est frère et que c’est comme ça. -Elle : « yes same-same » – Nous : « no, pas same-same » -Elle : « same-same ». Bon d’accord, on te laisse, t’as gagné Sev et Val sont brothers. Le soir même, nous décidons de rester une journée et une nuit de plus dans ce petit havre de paix. De un, on a pas encore envie de se taper une journée de car dans l’immédiat et de deux, une journée de scooter est conseillée afin de découvrir les environs. Nous rencontrons encore un français en revenant à l’hôtel, et décidons de passer la journée de scoot tous les trois le lendemain ; RDV à 9h sur la terrasse.

Cyril de son prénom, est un lève tôt (6h tous les jours) et nous attend de pied ferme afin de découvrir la campagne cambodgienne. Les scooters sont en fait des mobylettes semi-auto. Nous décidons d’en prendre une pour nous deux, Cyril prenant donc la sienne. Grâce au plan fourni par l’office du tourisme, nous empruntons une route longeant le Mékong, traversant plusieurs villages. On s’arrête en premier lieu dans le temple Phnom Sambok, assez moche mais situé sur une colline, ce qui nous offre une très belle vue sur le Mékong. Nous faisons ensuite un stop sur la route à Kampi afin d’essayer d’apercevoir les fameux dauphins d’eau douce. Plutôt que d’emprunter un bateau pour 10$ chacun, nous arrivons à les voir depuis la rive. Pas vraiment spectaculaire, mais au moins, nous réussissons à prendre quelques clichés sans dépenser un rond. Nous traversons ensuite quelques villages typiques et essayons tant bien que mal de trouver des « rapids » sur le Mékong.

DkO49qXWP2LY2uYc.jpg

Après s’être pommé à plusieurs reprises, nous prenons notre premier bain dans ce fameux fleuve. L’eau est trouble, crade, puante, pleins de poissons te foncent sur les jambes, mais elle est rafraîchissante donc c’est cool. On a même le droit à un petit hamac chacun. On peut apprécier les jeunes Cambodgiens qui s’amusent dans le canal, et qui en profitent pour tous se donner un shampoing. Toujours habillés dans l’eau, ils se foutent bien de nous lorsqu’on se met en slibard afin de les rejoindre. Le courant étant très fort et, n’étant pas très téméraires, nous restons à proximité d’un truc pour nous raccrocher. D’un côté, on mérite un peu d’être pris pour des cons, à faire nos fanflutes comme ça. Cette balade est en tout cas plutôt chouette, et nous rentrons juste avant la nuit. Au programme demain, encore du car… Mais cette fois, destination le Laos !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*