Nouvelle-Calédonie – Goro et Nouméa (fin)

Nous prenons l’avion le samedi matin, et arrivons chez Alex avant midi. Le plan d’origine est de se cuiter la gueule le soir sur Nouméa, afin de voir toutes les facettes de la Nouvelle-Calédonie bien sûr. Les trois compères sont en train de se préparer pour une petite partie de pêche à une heure et demie au sud. Parfait, nous les suivons donc à Goro chez JC, un local un peu timide mais très accueillant. Le JC ne parle pas et répond seulement par « oui » et « non » aux questions philosophiques de notre cher Tim. Nous passons par le Mont Dorre, où des échauffourées ont eu lieu la semaine entre les jeunes et la police. Les poteaux électriques et quelques voitures sont mortes, et c’est là que nous nous rendons compte que c’est quand même un peu le bordel sur la Grande Terre. Après les sandwichs, JC nous indique que la marée est basse et qu’il faudrait attendre demain pour pêcher. Il nous emmène néanmoins faire un tour de bateau pour nous faire découvrir les îlots autour de chez lui.

9kf01HUA7Qz4Wy3H.jpg

C’est ici que l’on constate vraiment la chaleur humaine des habitants des îles. La balade est super sympa, et nous pêchons même quelques bigorneaux dans la vase. Alex nous trouve d’ailleurs un immense bernard l’ermite.

KBFbW11VPxBFhB6P.jpg

Au coucher du Soleil, Jean-Claude propose de nous loger dans son étable autour d’un feu. L’idée plaît aux trois nouméens qui veulent pêcher le lendemain, mais Sev et Val veulent vraiment aller en boîte à Nouméa. Nous prenons donc la route inverse, en passant par le supermarché casino pour notre dîner. Nous prévoyons également le deuxième dîner de 5h du mat, et le déjeuner du lendemain. Erreur sur toute la ligne, la pizza, les raviolis et le risotto Casino sont tout simplement affreux. Du jamais vu. Nous nous retrouvons du coup comme deux cons à faire la fête, mais on aime ça. Nous prenons un taxi avec un chauffeur au taux d’alcoolémie bien douteux et nous rendons à la Bodega (bar), puis le MV (boîte). Nous ne retrouverons malheureusement pas Nico, un pote de Sev, qui est banni des lieux pour un mois (apparemment ça fonctionne comme à la douche ici).

Le lendemain est compliqué, et la principale activité est de trouver à manger, puisqu’on ne peut pas se permettre d’ingurgiter une fois de plus des produits Casino. Nous hésitons entre Mcdo et Quick, mais vu les prix de bâtards qu’ils pratiquent ici, nous optons pour du pain beurre chez un asiat´. Belle affaire. Alex, Timothée et Pablo rentrent de leur weekend, avec pas mal de poissons dans le sac. Bien joué de leur part. Tous fatigués, la soirée se résume à préparer des orangeades et citronnades avec les bons fruits du pays.

Comme à notre habitude, le lundi reste une journée compliquée. Nous avons deux objectifs : récupérer la carte de Val à la Société Générale et récupérer le colis de clopes électroniques de Sev à l’OPT (poste). Val prend la voiture pour se rendre à la Société Générale la plus proche et à l’OPT, mais les deux sont blindés et il revient à la maison avec du pain. Deuxième tentative une heure plus tard, et le banquier indique qu’il faut se rendre dans le centre de Nouméa pour récupérer la carte. On enchaîne avec l’OPT, qui a le colis mais qui, à cause d’un bogue informatique, ne peut le délivrer car ils ne savent pas combien de frais de douanes Sev doit payer. Merci la poste, comme d’habitude, mais nous partons en Nouvelle-Zélande demain. Direction le centre-ville du coup, et évidemment la carte de Val n’est pas encore arrivée. Nous rebroussons chemin à Carrefour, où Val fait l’achat d’une magnifique polaire qui pue la poussière, en prévention du froid qui sévit dans notre prochain pays. Nous retentons l’OPT, et cette fois c’est bon, mais Sev doit régaler 40€ de douanes pour un colis de 100€. Superbe affaire. Une belle matinée pourrie en somme, avec un nombre de défaites impressionnant comme vous pouvez le constater. L’après-midi se présente un peu mieux : nous retrouvons Nico pour un verre sur la baie des citrons au 3B. On rigole bien et Alex et Tim nous rejoignent pour un petit litre de bière chacun. Nous arrivons à joindre Flo, une copine de Marlène (soeur de Val), qui se trouve être également une pote de Séverine (soeur d’Alex). Vous suivez ? Nico rentre à la maison et nous rejoignons Flo chez elle. Nous sirotons tous une petite bière payée par la patronne, bercés par les histoires émouvantes du philosophe Tim. L’appart est super, Flo est super, donc Val et Sev squatteront là ce soir pour leur dernière nuit en NC.

Le dernier réveil est compliqué. Uniquement 6h de sommeil pour un mardi, c’est vraiment pas cool. Mais pas le choix : nous commençons par laver la voiture, avant de nous rendre à la Société Générale pour essuyer une nouvelle défaite. La carte n’est toujours pas là, et ils ont vérifié le courrier du jour donc c’est mort pour aujourd’hui. Nous postons nos lettres, et nous passons au Casino pour nous faire rembourser leurs daubes. Même si le risotto ne fait que la moitié du poids d’origine, il est bien refermé et Jaqueline n’y voit que du feu et rembourse la complète. Super. Nous partons en direction de l’aéroport, et apprécions un dernier sandwich avec une bonne baguette française au Shell avant de rendre la voiture.
Quelques minutes avant le départ, Val apprend qu’en réalité sa carte était disponible mais qu’ils avaient mal regardé. Bien joué les mecs ! Nous quittons ce beau pays en direction de la Nouvelle-Zélande, où nous devons retrouver notre copain Tommi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*