Canada – Montréal

Après 6 heures d’autobus avec WiFi non fonctionnel, nous arrivons en plein downtown de Montréal où nous entendons avec plaisir les accents bien prononcés de nos cousins. Pour contacter Pierre-François (dit Pef, un copain de Vannes) qui vient d’arriver sur Montréal également, nous devons trouver un spot WiFi. Comme d’hab, la solution Mac Do est la seule envisageable. Nous arrivons à nous capter rapidement et nous donnons RDV à l’arrêt de métro Mc Guill. S’en suivent quelques pintes dans un bar irlandais histoire de ne pas perdre le lever de coude. Pef nous raconte un peu son parcours depuis notre départ et nous en faisons de même. Notre serveur attitré est un français ayant totalement intégré l’accent québécois, ça nous fait vraiment peur. Du coup, nous ne savons pas vraiment s’il se fout de notre gueule ou s’il est sympa. Réponse à cette question à notre départ : c’est un chic type car il nous paye des shooters de whisky. Nous quittons Pierre François qui rentre chez sa petite amie canadienne, tandis que de notre côté, nous allons rejoindre un autre pote vannetais (Thom) qui nous héberge gracieusement le temps que nous souhaitons. Il habite en banlieue proche avec sa copine Camille, et lorsque nous débarquons, Thom n’a pas encore fini son service. Il est cuisto dans un des meilleurs restaurants de la ville nommé « les affamés », la classe. Leur appart’ est vraiment stylé, on dirait un petit loft new-yorkais vachement design. Ça nous enchante. Thom finit par débarquer vers minuit, et nous sommes heureux de nous retrouver autour d’une petite bière qu’il nous offre chaleureusement. Pour la petite histoire, de base, nous sommes surtout des potes de piste à la douche, et c’est avec nostalgie que nous ressassons tous ces souvenirs de jaille. Nous apprenons qu’ils ont un autre coloc’ se prénommant Maxime. Au début, nous ne tiltons pas, mais il s’agit en fait d’un autre bonhomme de Vannes que nous connaissions bien il y a quelques années. Plutôt marrant. « Nanard » comme nous l’appelions dans un autre temps rentrera du boulot au petit matin. En effet, il est manager dans un des nightclubs chics de la ville. Les mecs s’en sortent plutôt pas mal ! Pour dormir, les petits loups nous sortent le grand jeu : gros matelas tout neuf dans le salon, un des plus beaux lits de notre périple.

Superbe nuit pour nous deux, ça fait plaisir. Max se lève en même temps que nous, et nous passons une bonne partie de la journée à discuter et jouer à la console. Gros bonheur. Nous allons faire quelques courses dans l’aprèm afin d’acheter un peu de bouffe et d’alcool pour l’apéro du soir. Pef, Cam et Thom nous rejoignent à l’appart en début de soirée et nous lançons les hostilités. Nous sortons au Pandor (le fameux club de Maxime) pour une soirée endiablée. C’est le QG de gens de bonnes familles et ultra blindées, sympa comme ambiance. Malgré tout ce bonheur, les prémices de tensions whyskiennes dirons-nous font leurs premières apparitions. To be continued…

C’est la tête dans le baba mais également avec de bonnes intentions que nous nous levons. Nous préparons l’itinéraire de la journée afin de découvrir Montréal, car il est grand temps d’apprivoiser cette ville que tous les Français idolâtrent. Nous mettons un pied dehors, il pleut des cordes. Allez on reprogramme tout ça pour le lendemain !

Place à présent au grand jour de découverte (avec une météo plus clémente). Nous commençons notre tour par le parc Lafontaine. C’est très représentatif de l’état d’esprit des gens ici. Nous regardons des jeunes filles jouer au baseball (ça fait un peu vicelard mais ce n’est pas notre intention), voyons des gens jouer au tennis, au football, à la pétanque et faire des pique-niques. Relax les mecs.

gDUQjlm64jsCH9sA.jpg

Nous traversons ensuite le Plateau Mont-Royal pour arriver au parc du même nom. Nous sommes dimanche et les fameux tambours sont de la partie : des dizaines de personnes (dont un nombre impressionnant de clodos et de camés) jouent de la musique et font le spectacle. Nous tombons par hasard sur le « Tour du Québec » qui est une course cycliste professionnelle du circuit mondial, puis Pef nous retrouve afin de continuer la visite avec nous. Nous nous dirigeons à présent vers les quartiers du vieux Montréal et du vieux port. C’est super mignon par ici.

OkltmIrgvQAJP5s0.jpg

On nous avait prévenus, mais c’est un énorme contraste que de voir une sorte de ville médiévale à seulement quelques minutes de la rue Sainte-Catherine et ses buildings. Sur le chemin du retour, nous achetons une fois de plus de quoi festoyer. En effet, une petite soirée sympa est prévue à l’appart, où Thom et Cam ont invité des potes à eux. Un repas de chef nous est concocté par Thom et Simon, un de ses collègues québécois. Plusieurs personnes se joignent à nous durant la soirée dont Céline et Morgane, deux Vannetaises également… Nous faisons tous connaissance autour de quelques verres, avec une ambiance très sympa.

L’humeur au réveil est très joviale, c’est pourquoi il est décidé d’emblée d’aller se dégourdir les jambes en jouant football au parc La Fontaine. Tels de petits enfants, nous faisons un petit jeu de frappes jusqu’à ce que notre ballon explose. Pas le temps de s’apitoyer, nous débutons instantanément quelques parties de pétanque agréables à souhait. En fin d’aprèm, après toutes ces activités et un petit coup de mou physique, nous décidons d’aller acheter les ingrédients pour nous faire un énorme hachis parmentier. Thom nous fait quelque chose d’exceptionnel, nous sommes aux anges. Cette bonne journée se termine avec quelques trouduc’ et yanof.

L’objectif de la journée est de trouver une voiture à louer pour quelques jours afin d’aller découvrir la région de Québec. En effet, cela fait quelque temps que nous nous branlons le mammouth. Avant cela, nous allons visiter le Quartier latin près de l’université UQAM. Pour cela, nous passons par la rue Sherbrook (que Sev connaitra par cœur de nuit dans peu de temps) et le boulevard Saint-Laurent. Nous empruntons ensuite la rue Sainte-Catherine où la plupart des agences de location de voiture se trouvent. Comme d’hab, elles ont toutes des tarifs totalement différents, allant du simple au triple. Nous décidons d’en réserver une avec l’agence Alamo : une Ford Focus tout équipée. Nous ne sommes pas dépaysés puisqu’il s’agit presque du même modèle que celle de San Francisco. Le départ est prévu pour le lendemain matin, ce qui nous permet de prévoir notre itinéraire sur quatre jours et de réserver tous nos hôtels. Plus question de pioncer dans la bagnole, il commence à faire froid et nous n’en avons pas franchement l’envie. C’est plus de notre âge. Il est temps de faire nos adieux à Thom, Cam que nous ne devrions pas revoir. Même si nous revenons dans le coin d’ici 4/5 jours, ils seront normalement partis à Cuba en vacances. Nous leur adressons (ainsi qu’à Max) une fois de plus un grand merci pour l’accueil. C’était super.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*