Philippines – Sabang

Il nous faut environ 5h pour rejoindre cette ville située au centre côté ouest de Palawan. C’est ici notre dernière véritable étape dans le pays. Nous descendons du minivan et sommes pris sous notre aile par un petit con qui veut absolument nous trouver un hôtel, nous dire où manger… Il ne nous lâche pas la grappe et se présente sous le nom de Robin en nous serrant la pince. Ce à quoi nous rétorquons « Salut nous c’est John et Tom, mais tu peux te casser stp ? ». On trouve un bungalow plutôt sympa sur la plage pour pas cher mais sans l’Internet. Très dur pour des mecs ultra-connectés comme nous. Nous décidons d’aller manger direct après avoir lâché nos sacs, et là, Robin le gros bâtard nous retrouve et nous montre un gros self rempli de chinois où l’on peut manger à volonté. Nous comprenons très vite que c’est un package visite/guide/bouffe de tour operator pour la journée. Nous nous incrustons dans le bordel, mangeons jusqu’à n’en plus pouvoir et surtout sans lâcher un rond à Robin. Le reste de l’après-midi est sans intérêt. Nous nous installons sur la terrasse d’un hôtel 5 étoiles (seul endroit de la ville ayant le Wifi) et ne décollons pas le nez de nos Ipad.

Après une grosse nuit de 12h que nous attendions depuis quelques semaines, nous sommes heureux d’aller explorer la jungle via deux sentiers balisés de 5km. Manque de bol, les chemins sont fermés et ne réouvrent qu’en fin de mois. Peut être à cause du typhon de décembre mais nous n’avons jamais vraiment compris les explications. C’est sacrément emmerdant vu que nous sommes venus pour ça. Tels deux gaillards, nous tentons quand même d’en faire un bout, mais les arbres au milieu du chemin et les innombrables insectes que nous rencontrons ont raison de nous au bout d’une petite heure. Nous croisons quand même un varan d’un petit mètre, ce qui nous enlève un peu de tristesse dans notre cœur.

ntTeohKmcDNDHEb7.jpg

Nous rentrons donc au bercail pour l’heure du déjeuner, plus rapidement que prévu. Nous optons pour des Hot Dog et Pizza Sandwich dans un pain pita que nous dégustons sur le banc d’une petite gargote. C’est plutôt fabuleux. La cuisinière et propriétaire des lieux est une femme très cool et nous sympathisons rapidement. On l’adore. Après ce copieux repas, nous allons nous poser à la plage pour glander évidemment. Le soir, un petit fried noodles classique et c’est dodo illico. Nous rattrapons le sommeil manquant depuis deux semaines et c’est très appréciable. Pour être honnête, on a pas grand chose d’autre à branler de toute manière.

Nous nous levons de bon matin avec une grosse envie d’enfin découvrir cette superbe jungle et les singes qui s’y trouvent. Nous dégotons un guide qui est censé nous faire cette balade pendant 3h. D’emblée, nous remarquons que le mec n’est vraiment pas loquace et qu’il pue extraordinairement la transpiration. Il nous emmène en tricycle au départ du parcours, situé à 20min, sans décrocher un mot mais surtout en nous démolissant tout le système nasal de par sa puanteur. Nous commençons à marcher tranquilou mais lui n’a pas trop envie de rester là longtemps et se met à tracer comme un ouf. Nous lui soufflons des petits « slow down » mais il s’en branle complet et fait style de ne pas piger. Nous n’avons malheureusement pas le temps d’apprécier la nature environnante et n’apercevons aucun animal. Le but premier de la visite étant principalement de voir les orang outan se balader d’arbre en arbre en toute liberté, nous sommes un peu tristes. Nous grimpons durement jusqu’à une grosse grotte plutôt sympa blindée de chauves-souris.

kwC12bcabwCQLqaU.jpg

Nous y restons 30 min alors qu’au bout de 5, nous avions fait le tour. Bref nous partons enfin et empruntons bizarrement le même chemin qu’à l’aller. Ça sent la baise. Nous lui demandons donc où sont les singes, les varans ou autres et il fait style de regarder dans les arbres 3sec « ha Monkey Monkey » puis il avance de plus belle. Au bout d’une heure quinze de marche, c’est déjà fini et nous n’avons sérieusement rien vu. Le type est con, il dobe et il essaye de nous enfiler nos thunes. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’on est des lascars de Kercado et qu’on ne se laissera pas berner. Vu qu’il ne nous répond pas, nous attendons son patron afin de ne pas payer tout ce qui était prévu. Il nous dépose donc à l’endroit où nous avons booké ce treck de pédale. Le boss arrive et bien sûr rejette la faute sur nous, en nous expliquant que c’est nous qui marchions trop vite… On commence à s’énerver, surtout quand le guide commence à ouvrir son clapet pour se défendre dans un dialecte qu’on ne comprend pas. Nous ne lui donnons pas la totalité de ce qui était prévu et nous quittons les lieux plus qu’exaspérés par ces deux connards. Pour se détendre après tant d’énervement, nous retrouvons notre douce mama hot dog avant de filer à la plage pour la fin d’aprèm. Nous sommes quand même globalement déçus par cette étape qui était une vraie perte de temps. C’est un peu ennuyant mais c’est comme ça.

Publié dans Philippines

Permalien

Les commentaires sont fermés.