Nouvelle-Zélande – Mata Mata

Nouvelle-Zélande – Mata Mata

Malheureusement, le ciel nous tombe sur la tête quand nous nous réveillons. La tempête est assez vénère. Notre plan pour la journée tombe à l’eau. Après nos petits dej’, alors que Tom et Val se rendent aux toilettes, Sev assiste à une scène vachement étrange. En effet, deux mecs arrivent en voiture, sortent de celle-ci avec une bière et pissent sur le van en lançant quelques insultes. Il n’y a pas de revendications et les raisons de cet acte cruel ne sont pas connues. Mince. Comme il fait moche, Sev a le temps d’aller chez le dentiste. C’est plutôt bien d’ailleurs s’il ne veut pas voir Kevin Mg lui passer devant en termes de nombre de dents restantes. Le temps ne s’améliore toujours pas. Nous ne pouvons pas vraiment rester bloqué quelque part comme notre laps de temps dans ce pays est plutôt court. Nous nous accordons sur le fait d’aller à Rotorua, ville géothermale qui était prévue au programme du lendemain. Pas de Tauranga, dommage, mais c’est ainsi !

Le temps n’est toujours pas à la fête et ça commence à nous peser sur le moral. Heureusement, Rotorua est réputé pour ses spas naturels. Même si les spas sont extérieurs, la pluie ne nous dérange pas trop pour cette activité 100% relax. En plus, la dernière douche commence à dater alors ça tombe bien. Nous payons notre droit d’entrée au « Polynesian Spa » et pouvons profiter de plusieurs beaux petits bassins de différentes températures (38°, 40°, 42° et 44°).

knpTZOLaJsdMY4Jm.jpg

Ça pue vachement le caca à cause du soufre donc c’est marrant. Aprem’ très sympa qui permet de recharger les batteries et de se sentir tout beau tout propre. Après quelques heures à buller, nous feuilletons un peu le routard et nous rendons compte que nous avons dépassé le village de Mata Mata sur notre route. Cela ne vous dit peut-être rien mais c’est dans cette ville que se situe le fameux village des Hobbits du Seigneur des Anneaux. Véritable lieu de culte pour un paquet de jeunes geeks de ce monde et amateurs d’histoires fantastiques, comme Tanguy Le Maux. D’un côté, cette trilogie nous a également passionné donc nous n’avons pas envie de rater ça. Nous nous postons à proximité de l’accueil en début de soirée afin d’être ready pour aller à la rencontre des maisons de Frodon, Sam et compagnie dès l’aube.

Le village de Hobbiton est situé à 15 kms de la ville, au milieu de nulle part. La route pour y aller est vraiment grandiose. D’énormes vallées avec étages telles des rizières où vaches et moutons broutent en harmonie. Ils ont l’air tous copains c’est trop bien.

bqe2F5ADga1l5uKs.jpg

C’est vraiment la carte postale néo-zélandaise. Nous comprenons pourquoi le réalisateur Peter Jackson a choisi cet endroit magique. La visite guidée est obligatoire et nous coûtera 75$ par tête. Pas donné mais il faut savoir s’offrir des petits plaisirs. Le village est incroyablement grand pour de la fiction. C’est vraiment trop mignon.

9eCu5urY51f51idC.jpg

Notre guide Toby (c’est vraiment son prénom) fait des blagues pourries donc on rigole bien. Nous visitons la totalité du village avec des explications sur le tournage, l’endroit en lui-même, les scènes, etc. Très intéressant. On en conclut quand même que c’est un sacré bordel de faire un film. Nous terminons la balade de deux heures au bistrot du village, le « Green dragon » ou nous avons droit à un free drink. Youpiii. En fait nous avons droit à de la bonne pisse. Une bière dégueu pour Sev et Val alors que Tom choisi un cidre attroce. C’est pas trop grave, on en a marre de l’alcool donc ça nous va.

EFotFGTST195xHNH.jpg

C’était vraiment une super matinée. Notre prochaine destination est Wai-O-Tapu à 2h30 de là, mais nous devons trouver un endroit pour dormir assez tôt afin de procéder à l’installation de l’antenne pour le match d’ouverture de la CDM Brésil/Croatie. Et ça, c’est vraiment très important. Nous trouvons le parking d’un resto sur la route où nous avons le droit de rester moyennant 15$. En fait, nous payerons 20$ car le type avait un peu envie d’avoir plus d’argent. Il n’arrête pas de débiter des excuses bidons pour justifier ces 5$ de surplus alors que nous n’en avons rien à faire. Au moins, il y a une douche chaude de dispo pour nous et ça c’est super. Nous retombons vite sur terre lorsque l’antenne ne capte aucune chaîne. Nous faisons des tours et des tours de bagnole sur le parking pour changer d’orientation mais rien n’y fait, nous sommes dans un putain de trou perdu. Merdeeeeeee. La déception et la nervosité s’installent peu à peu jusqu’à ce que Tom le sauveur aille demander au patron s’il sera ouvert à 8h du matin pour diffuser le match. Ce à quoi le type répond « this fucking soccer game ? ». « Hum yes ok, it´s closed at this time normally but I will be there to clean so you can watch the game ». La perfection. Le bonheur refait surface et nous allons dormir tout heureux, même si on caille sa race et que ça sent encore le souffre caca.

Nouvelle-Zélande – Coromandels

Nous arrivons après deux bonnes heures de route sur notre spot de dodo à Cathedrale Cove afin d’être sur place pour la petite rando du lendemain. Sev commence sa popote mais manque de chance, au bout de quelques minutes, plus de gaz. C’est la mouise. Toutes les stations essences sont fermées, il est impossible de se recharger pour ce soir. Nous trouvons sur la route un « resto » qui fait des trucs de gros. Ça nous convient plutôt. Tom part sur un fish’n’chips bien huilé, Sev part sur un gros nem luisant accompagné d’un hot dog. Par souci d’économie, Val mange ses pâtes froides mais se laisse tenter tout de même par un hot dog pour le dessert. Un nouveau True Detective et cette journée productive s’achève.

Nous prenons le petit dej’ de bon matin et partons à la découverte de cette plage mondialement connue pour son arche. La petite rando de 2/3h aller-retour est vraiment sympa. Le temps est très orageux, ce qui rend les couleurs vraiment belles. Physiquement, nous sommes un peu à la ramasse. On alterne avec le chaud-froid, retirage de veste puis remettage. Ces adverbes n’existent peut-être pas mais vous comprenez. Les baies sont vraiment magnifiques et la plage de Cathédrale Cove est époustouflante. C’est vraiment top.

CwZIEJLfscBMS6Ne.jpg

Nous y restons un bon moment à essayer de prendre des photos d’artistes (que nous sommes d’ailleurs). Direction ensuite « Hot Water Beach » située seulement à quelques kilomètres d’où nous sommes. Cette plage a pour particularité d’avoir une eau brûlante lorsque l’on creuse dans le sable. Le but est d’arriver avec une pelle et de s’y construire une piscine pour chiller tranquillement. Seulement, comme nous ne sommes pas forcément très intelligents, nous n’avons pas checké les horaires de marrées. Bien sûr, la mer est super haute et c’est impossible de réaliser une pistoche. Tom essaye quand même mais c’est peine perdue.

8tUJWin98E39vVnL.jpg

De toute façon, ça meule énormément alors nous rentrons vite fait dans notre maison. Nous décidons de prendre la direction de Tauranga afin d’y visiter le volcan le lendemain. Après une petite pause station essence pour se recharger en eau, gaz et essence, nous arrivons à destination et trouvons une cabine téléphonique qui a l’Internet afin d’y télécharger un nouvel épisode de Game Of Thrones. De quoi rendre notre soirée très excitante.

Nouvelle-Zélande – Auckland et Northland

Nous débarquons à Auckland mardi 3 Juin dans l’après-midi après un petit vol de 3h. Il y fait moins froid que prévu, aux alentours de 13°, donc nous sommes contents. Nous devons retrouver Tom qui nous attend sagement depuis notre départ d’Australie, au Nomade Backpacker. Nos retrouvailles sont empreintes d’émotions, surtout lorsque nous l’apercevons vautré sur le canap’ dans le salon en train de regarder un film en pleine aprèm. Nous sommes fatigués mais nous avons quand même envie de faire un petit tour dans la ville. Nous allons surtout boire un coup dans un bar pour avoir du wi-fi, si important à nos yeux. L’Internet est payant au backpacker, quelle tristesse. Du coup c’est un coca dans un bar sympa suivi d’une soirée pizza dans le restaurant du backpack. Les parts sont à 1$ donc c’est cool. En notre absence, Tom a téléchargé le dernier Game Of Thrones mais n’a pas pu résister et l’a regardé sans nous. Pas sympa mais bon, nous sommes quand même super contents de le regarder et l’obligeons à le revoir avec nous pour le punir. Il est temps de dormir, dans un super dortoir de 10 personnes où 4 brésiliens n’arrêtent pas de gueuler et d’allumer les lumières sans arrêt. C’est chiant.

Le lendemain, c’est la débandade, personne ne se lève en même temps. Sev est debout à 8h, Val à 10h et Tom à midi… Chacun part donc dans son coin pour visiter la ville. D’un sentiment commun, Auckland est très agréable. C’est une ville qui n’est vraiment pas grande et tout se fait à pied sans problème. Chacun a découvert à peu près les mêmes endroits ; à savoir la marina, queen street, Alfred park et le campus universitaire.

IGiAaJp9mt3jpPXe.jpg

Nous sommes en pleine période de soldes et nous manquons de vêtements chauds. C’est donc l’occasion de faire des emplettes. Nous nous retrouvons tous en début d’aprèm les bras chargés. Sev et Val ont acheté manteaux, bonnets et écharpes pour que les mamans soient contentes que leurs petits protégés n’attrapent pas froid. Nous déjeunons dans un petit resto japonais super bon. Les maquis sont énormes et seulement à 1$ pièce. Très bon plan pour des routards comme nous. Nous nous rendons ensuite dans la société de location de vans « Jucy » afin d’y booker un véhicule pour les 12 prochains jours. Nous y réservons un superbe Campervan dispo dès le lendemain, ce qui nous change de la petite daube que nous avions en Australie.

Te7QVtrU5e2OwHwS.jpg

Nous en profitons pour établir le programme que nous allons suivre pendant la location, comme nous devenons des mecs extrêmement organisés. Qui dit van dit popote, qui dit popote dit pâtes et qui dit pâtes dit tupperware pour deux/trois repas. C’est donc avec plaisir que nous allons chacun nous équiper d’un récipient de 2L. Nous achetons également quelques sodas afin de couper l’alcool du soir… Faut pas déconner non plus. Nous nous postons sur le rooftop du backpack pour l’apéro. La vue du 7e étage est très sympa, et des potes de picole anglais de Tom nous y rejoignent. Ryan, Ries, Éric et Peter sont de véritables pochtrons. Ils sont super cool et bien sûr ça parle football. Nous découvrons à ce moment-là leur technique particulièrement crado de picole express. Nous y reviendrons plus tard. Nous sortons tous ensemble dans un bar/boîte où un membre de notre team se fait rapidement virer pour fumage de cigarette sur la piste de danse. À vous de trouver le coupable. Vient ensuite un autre bar où nous restons pas mal de temps ensemble pour une fois. À notre sortie, nous laissons Tom s’amouracher d’une colombienne et rentrons en couple. Voyant visiblement notre détresse sentimentale, le videur décide de nous offrir une énorme boîte de sushis et maquis à notre sortie. Ne nous demandez pas le pourquoi du comment, nous non plus n’avons pas compris ce beau geste. Tom rentrera finalement seul dans l’auberge pas loin derrière nous. Première défaite pour lui. So sad.

Le réveil est super hardcore. Quelques grammes sont encore présents dans les poches de notre trio, mais pas le choix, il faut aller chercher notre bagnole à 10h. Tout le monde est dans le mal et Val est tendu comme une crampe. Plusieurs employés prennent une soufflante par ce dernier sans réelles raisons. Trop bien. Nous allons directement au Pack’n Save, l’équivalent du Woolworth ou du Coles en Australie. Parfait pour des courses petit budget. Reprendre le volant à gauche, avec un nouveau gabarit de véhicule ainsi que l’heure matinale ne facilite pas les choses. Bref, arrivés sur place, nous partons tous sur des idées de repas malins à base de pâtes, viande hachée, crème, poivrons… Pour changer quoi ! Nous ajoutons quelques mie goreng dans notre escarcelle en prévision de goûters asiatiques ainsi que du pain de mie et accompagnements degueux pour nos sandwich du midi. Vous n’imaginez pas à quel point le pain de mie nous fout en l’air, nous en avons raz la crêpe. Nous traînons énormément dans ce magasin et le temps passe très vite. Nous ne sommes pas au top de notre forme et faisons les choses très lentement. Nous roulons seulement 2h après cet épisode des courses et il est déjà l’heure de trouver un endroit pour dormir. En effet il est déjà 19h et de plus, il pleut à torrents. C’est donc une journée plutôt inutile où nous nous demandons toujours actuellement comment nous avons pu autant ne rien branler. C’est pas grave, ce sont des choses qui arrivent dans la vie d’un tizeur.

Après une nuit semi-réparatrice, nous nous réveillons tel un lundi avec une flemme monumentale. Il ne fait pas beau, mais nous décidons quand même de prendre la route et de visiter le Northland (partie au nord d’Auckland). Le temps ne nous permet pas vraiment de nous arrêter en chemin ou de faire une petite balade. De toute façon on n’a pas trop d’envie. Nous découvrons donc nos premiers paysages néo-zélandais à travers les vitres. C’est vallonné, très vert et sauvage.

Cécilia style

Cécilia style

Nous rencontrons également nos premiers moutons. Ils sont super sympa et super mignons. Vous l’aurez compris, cette journée n’est pas non plus vraiment remuante, mais pour notre décharge, le temps est vraiment pourri. Nous allons jusqu’à Rawhiti pour se faire un petit goûter noodles et apprécier les côtes marines, qui ressemblent d’ailleurs à nos contrées bretonnes. Nous n’avons pas le temps d’aller au Cap Reinga malheureusement, et cela nous rend bien tristes. En effet, nous devons retourner vers Auckland car nous devons voir les All Blacks en action le lendemain pour un test-match face aux rosbeefs ! Sur la route, Sev pomme une dent en « croquant » dans un sandwich. C’est drôle de perdre une chico en mangeant un truc mou. C’est donc avec un édenté que nous empruntons le chemin du retour. Nous dormons au même endroit que la veille, à Waipu. C’est d’ailleurs l’occasion de commencer une nouvelle série « True Detective ». Grâce aux superbes capacités de Sev en ce qui concerne les technologies, nous pouvons regarder cela sur la TV du van, tous les trois affalés sur la banquette sous la couette. Trop cool.

Nous nous levons cette fois de bon matin afin d’arriver sur Auckland pas trop tard. Malheureusement, alors que nous avions prévu d’aller sur l’île volcanique de Rangitoto juste en face d’Auckland, nous apprenons que les bateaux partent tôt et que nous ne pourrons y être à l’heure. Flûte. Nous en avons un peu marre de perdre nos journées, mais d’un côté, il pleut encore et cela n’aurait pas nécessairement été très agréable. Nous décidons, après une idée de génie de Sev, d’acheter une antenne satellite pour le van afin de capter les matchs de la coupe du monde qui débute dans deux jours. Superbe performance de notre part. Nous tombons sur un mec en or dans un magasin d’électroménager qui essaye avec nous tous les types d’antennes afin de trouver la plus adaptée. Le mec se marre autant que nous de la situation. Nous partons sur une antenne basique de maison, qui nous permet de capter la chaîne « TV One », qui diffuse les principaux matchs. C’est une sacrée victoire pour nous. Nous sommes heureux au possible, et le vendeur nous propose même de lui la renvoyer quand nous quittons le pays pour nous rembourser. Merci à toi Ainslie Davies, t’es un de nos meilleurs potes. Nous faisons un nouveau crochet par Pak n’Save (vu qu’on adore toujours autant traîner dans ce genre de magasins) et garons notre van dans le centre pour la nuit. Nous n’avons pas le droit d’y dormir donc nous réservons la nuit du soir dans notre dortoir préféré, le Nomade. Nos potes Anglais ont trouvé un appart’ sympa et nous invitent à boire un coup avant d’aller au match. Ils y vont aussi mais traînent un peu alors nous décidons de nous rendre à l’Eden Park avant eux. Ils ont surtout du mal à arrêter de picoler. Après une petite demi-heure de métro, nous débarquons au stade où nous sommes environ 50 000 personnes.

yrFMEl0xZ5JrqXcW.jpg

C’est quand même plutôt cool de pouvoir assister à ce classique de rugby dans l’antre des meilleurs joueurs du monde. Les All Blacks sont invaincus sur ce terrain depuis 21 ans. Nous attendons le Haka avec grosse impatience et sommes très contents du spectacle. Par contre, l’ambiance est vraiment très calme et le match assez pourri. Les anglais ne déméritent pas mais s’inclinent sur un essai à la dernière minute (le seul du match…). Score final : 17/10 pour les champions du monde. Après cela, nous rentrons avec les anglais chez eux, et comme c’est samedi soir, il est temps de nightclubber. Les petits anglais nous préparent des jeux de cartes bien atroces. Ce n’est pas vraiment compliqué à jouer mais il est très dur d’accepter la défaite. Il y a d’origine une carte tirée au hasard sur le plateau. Après avoir versé un peu de son verre dans un bol au milieu de la table, le joueur doit dire si c’est plus ou moins. S’il a bon, c’est au tour de son voisin de répéter l’action. S’il perd, il boit tout ce qu’il y a dans ce bol. Leur but est d’être allumé en 1h max. Du coup, pas facile de boire un « cercueil » contenant sky coke/gin tonic/corona. Ils savent que c’est pourri comme truc mais ils sont contents « in england, we are fucking stupid, we know but we like that ». D’un côté, c’est vrai que ça dégomme mais c’est pas très intéressant. Nous rigolons bien donc ça passera pour cette fois. Quelques filles viennent nous retrouver juste avant d’aller en boîte, et une certaine Carolina focalise l’attention de la plupart des mecs. Les Anglais se l’arrachent tel un vulgaire bout de viande, excellent. C’est finalement Ryan qui est l’élu. Il remporte le Graal après avoir dépassé Rico dans la dernière ligne droite. Bravo à lui. Cette fois encore, Sev et Val arrivent à rentrer ensemble. Deux fois d’affilée, nous établissons sûrement un record. Tom traine un peu plus et passe forcément par la case kébab à 15$.

Élan de courage extrême le lendemain lorsque nous nous réveillons à 8h du mat’ pour attraper le bateau de Rangitoto. Les blagues fusent dans tous les sens. La traversée sur l’eau n’est pas évidente du tout, et nous mettons pied à terre après 45 minutes. Tout le monde est sappé en gros sportif alors que nous sommes tous en tenue de clubbers. Situation cocasse. Nous souhaitons prendre le bateau retour à 13h alors il ne faut pas traîner. C’est parti pour une rando ultra physique qui nous fera décuver rapidement. Nous montons en haut d’un volcan inactif qui surplombe la mer, où la vue est vraiment super sympa. Nous restons de longues minutes à contempler le spectacle, prendre des photos et surtout boire de la flotte.

anrmc56XKZdt0uFd.jpg

Le retour ne déconne pas non plus. Nous arrivons totalement morts 15 min avant le départ du bateau. Très belle performance de notre part, nous en sommes vraiment fiers. Sev et Tom passent au Burger King pendant que Val va se faire des pâtes dans la voiture en les attendant. Nous faisons tous un stop WC et fontaine à eau pour remplir nos bouteilles chez Jucy avant de prendre la route pour le Nord Est cette fois, direction les Coromandels.