Australie – Surfer Paradise et Byron Bay

Nous faisons un petit stop sandwich sur la route, comme si nous avions tout notre temps. Nous arrivons en début d’aprèm à Surfer Paradise, et comme son nom l’indique, c’est le temple des petits blonds musclés. Dommage pour nous, nous n’en admirons que très peu. Les vagues ne sont pas belles, il fait assez froid et ce n’est vraiment pas la saison du tourisme sur cette partie de la côte. Sur-construit en front de mer (plus que La Baule, c’est pour dire…), nous ne sommes pas très attirés par le lieu, d’autant plus qu’il n’y a vraiment pas grand monde dans la ville, ce qui rend cet endroit vraiment tristounet.

vvugVYy6xAjgCi2h.jpg

Après un cône et une petite ballade, nous décidons en fin d’aprèm d’aller directement sur Byron Bay, situé à 1h30 de là, dans l’objectif d’y rencontrer plus de monde et d’y faire la fête.

Nous passons dans le centre-ville de Byron en arrivant, et trouvons ça relativement calme par rapport à ce que nous avons entendu sur le sujet. Normalement, c’est « the place to be » de la côte Est, mais encore une fois, la saison nous porte préjudice (c’est surtout blindé de septembre à mars). Nous ne nous décourageons pas et allons manger dans un premier temps. Nous trouvons un spot BBQ près du phare de la ville, et une fois cela effectué, nous nous activons pour trouver une petite place pour la nuit. Après une petite demi-heure de recherche, nous tombons sur le spot parfait, à côté d’une centrale électrique dans un cul-de-sac. Même pas besoin de lumière pour éclairer notre apéro, c’est la pleine lune. Nous pouvons sortir tables et chaises tranquillement, mais nous sommes obligés de remballer le matos de temps en temps pour cause d’averses. Une fois bien chauds, on se met en marche vers une boîte pour la « backpackernight ». Mais idiot comme nous sommes, nous arrivons à 1h35 et après 1h30, il n’est plus possible de rentrer en club en Australie. Bref, nous essayons de trouver quelque chose d’autre ouvert, mais niet, tout est fermé et il n’y a personne dans les rues. Grosse tristesse. Nous avons gaspillé notre énergie et notre alcool pour rien. Nous repartons donc directement vers notre maison roulante afin d’y passer la nuit (Tom reprenant son classic Kebab sauce chili).

Le réveil comme d’hab est trop matinal pour un lendemain de cuite, le soleil tapant au carreau comme un petit bâtard alors qu’il fait très froid dans la bagnole. Drôle de sensation. Étant donné que les rues étaient désertés hier dans la ville, nous décidons tous de prendre la route pour Sydney, plus tôt que prévu. Le temps se dégrade vraiment dans le coin et nous avons hâte de découvrir cette ville dont tout le monde nous vante les qualités. Et puis là-bas nous serons sur d’y trouver le saint Graal qu’est une grosse boîte de nuit remplie comme on aime. Il nous reste environ 800 km afin d’y parvenir.

Publié dans Australie

Permalien

Les commentaires sont fermés.