Vietnam – Hoi An

Nous arrivons au Vietnam à minuit alors que nous avons quitté le Laos 18h plus tôt… C’était un sleeping bus mais version asiatique, donc toujours un problème de taille concernant les jambes. Les mecs du bus n’arrêtent pas de nous engueuler pour remonter dès qu’il y a une petite pause clope alors qu’eux s’arrêtent à 40km de l’arrivée pour manger, après 17h de trajet éprouvant et à 1h du but. Première impression négative des petits cons de Viêt qui n’arrêtent pas de gueuler au téléphone également. Malgré cette rude épreuve, nous atteignons la Ahnuy Villa louée par les parents de Val pour une petite semaine de grosse détente. Ils sont arrivés depuis une heure lorsque nous débarquons. Grandiose maison en mode design/détente avec 4 chambres, 2 salons et piscine. Nous sommes plus que ravis et nous installons chacun dans une immense chambre avec salle de bain privée pour notre première nuit l’un sans l’autre. Ça change des guesthouses ! Bizarrement nous n’avons pas pleuré de cette soudaine distance qui nous séparait le temps du dodo. Clément et Sophie (frère et belle sœur de Val) ne sont malheureusement pas encore là, la faute à de nombreux retards dus au supposé brouillard présent à Abu Dhabi.

On se réveille pour un petit dej fabuleux (pain frais, beurre salé, chocolat chaud, banana pancake…) concocté par notre cuisinière attitrée de la semaine (qui s’appelle « Ha ») ainsi que le propriétaire de la maison. Ils vont tout au long de la semaine nous préparer petits déjeuners au réveil et dîners selon nos souhaits. Clément et Sophie n’étant toujours pas là, nous décidons d’aller visiter le centre historique d’Hoi An qui est classé au patrimoine de l’UNESCO. C’est vraiment hyper mignon et très coloré. Malheureusement bondé de touristes, mais on en fait partie ma gueule.

Pont japonais

Pont japonais

Notre première impression sur les Vietnamiens est bien vérifiée : ils sont quand même plutôt casses burnes. Nous dévorons les allées de cette bourgade par les marchés sur les quais et les petites ruelles. Il est temps d’aller manger des pâtes au beurre, que Val a spécialement fait importer de France via sa maman. Toujours pas de Clément qui commence à avoir plusieurs dizaines d’heures de retard au compteur, la vie est parfois cruelle. Bien présents de notre côté, nous allons découvrir entre mecs la plage « paradisiaque » pendant que Brigitte attend les retardataires. Manque de bol, la plage est certes belle, mais pas de quoi en faire tout un foin. Le guide du routard raconte quand même un paquet de conneries quand on y repense, c’est pas la première fois qu’il nous mythone. Lorsque l’on rentre en fin d’aprem, Clementinou et Sophie sont enfin arrivés. Tête dans le cul après un voyage de 48h, mais heureux d’enfin y être. Ne manque plus que Stéphane et Sylvie (tonton et tata de Val) pour former la team au complet. Nous terminons la journée par un petit tour dans Hoi An by night pour apprécier la ville sous les lanternes traditionnelles et dodo.

Cette nouvelle journée qui commence est placée sous le signe de la flemmardise. Pour commencer, un beau petit tour de vélo dans les rizières environnantes (où nous prenons de belles photos en toute rigolade), suivi d’une aprèm plage classique à faire la baleine dans les nombreuses vagues présentes (sport de prédilection de Sev).

agwI79i3prBqkBWi.jpg

Le soir venu, notre cuisinière qui est effarée par la quantité impressionnante de bouffe qu’on a déglingué la veille, nous prépare un énorme banquet. Une trentaine de nems porc (élus à l’unanimité « meilleurs jamais mangés de notre vie »), 27 énormes rouleaux de printemps (oui, nous sommes bien 6), deux gros plats de riz accompagnés de poulet curry/coco et une salade de fruits. Tout y est passé ou presque (abandon sur les rouleaux de printemps blindés d’herbe ; on est pas là pour ruminer) et tout le monde a les dents du fond qui baignent. C’est aux alentours de minuit que débarquent Steph et Sylvie, en pleine forme après avoir dormi tout le trajet d’avion comme des bébés.

Pas de répit pour eux, dès le lendemain matin nous louons des bécanes et partons vers Da Nang. Marc nous met d’ailleurs la race avec un scooter de haute facture qui a beaucoup plus de quiche que les autres (comme on dit dans le jargon, les fans de MBK Spirit ou Nitro en savent quelque chose). Nous explorons d’abord la « Montagne de Marbre » sur la route. Petit mont sympa avec de beaux bouddhas taillés dans la roche et quelques temples.

CpmAWyIvdiQjP3Xh.jpg

Nous nous dirigeons ensuite vers Da Nang qui est une grande ville sans intérêt. À noter une crevaison pour Val et une panne d’essence pour Steph et Sylvie. Et ce n’est que le début… Le but ultime de l’expérience est d’aller explorer le « col des nuages ». Y parvenir n’est pas de tout repos, nous roulons pas mal de temps sur des grands axes bordant la mer avant d’y apercevoir de belles routes montagneuses. Comme son nom l’indique, ce col est la plupart du temps dans les nuages, et nous n’y échappons pas. Les nombreux stops photos que nous faisons sur le chemin nous permettent d’avoir de remarquables points de vue sur la baie. C’est vraiment très beau.

9q5s5y2nXevLFMi8.jpg

Nous arrivons au sommet où ne nous voyons plus grand chose, et où des viêts nous attendent pour nous vendre un tas de conneries. Nous restons tout juste le temps de se faire à nouveau prendre en photo par un chinois qui est super content de voir des européens, puis nous redescendons à toute vitesse en faisant les marioles. Le casque de Steph s’envole sur la route, suivi quelques instants par celui de Sylvie. Ça fait déjà trois conneries dans la journée, c’est beau. C’est ensuite à Clément d’avoir quelques problèmes mécaniques ; première panne d’essence à 15 bornes de l’arrivée et une suivante dans la rue de la villa. Motorbike made in Vietnam. Apéro whisky / vin blanc en rentrant et la soirée se termine, comme d’hab, autour d’un gueuleton de rêve.

Ayant réservé deux jours auparavant des cours de cuisine, nous nous réveillons tous très tôt pour une journée dédiée aux saveurs Vietnamiennes. Nous commençons par un passage au marché afin d’acheter tous les produits qui serviront à élaborer nos plats (viande, féculents, légumes…). Nous sommes accompagnés par notre professeur qui s’avère être une jeune vietnamienne très sympa et toute mimi. Ensuite, nous effectuons un petit tour en bateau en passant par de très beaux endroits dont des forêts de cocotiers de mer, et nous arrivons sur la presqu’île où nous allons cuisiner. Nous apprenons grâce à des petits ateliers les étapes de transformation du riz et des nouilles. Intéressant ; maintenant place à la cuistoche. Par équipe de deux, nous commençons à effectuer un bouillon à base d’os et de différents ingrédients tels que gingembre, oignons, anis… Plutôt emmerdant comme contenance. Pour le moment, nous laissons mijoter ça, et enchaînons par la conception des rouleaux de printemps à base de porc et de crevettes. Simple, rapide et plutôt bon, avec une petite sauce au beurre de cacahuète qui atteint Sev droit au cœur.

axtWZgzF3jLZXGCU.jpg

Chacun ayant une poêle, nous faisons ensuite une sorte d’omelette/pancake croustillante (dur à comprendre) à base de lait de riz, crevettes et safran. Super bon avec une petite galette de riz. Côté diététique c’est autre chose. On y verse tous une cuillère à soupe et demie d’huile et ça baigne énormément mais c’est la beauté de la chose.

La pince, une histoire de famille

La pince, une histoire de famille

Pas le temps de se reposer : nous continuons avec une petite salade de bœuf et noodles. Nous confectionnons plusieurs sauces et cuisons la viande dans le bouillon préparé en amont. Nous sommes avisés pour ce plat de réaliser quelque chose d’artistique en assiette ; un beau dressage en somme. Le résultat est mitigé et l’assiette de Marco récolte le plus de suffrages (un bonhomme avec un petit kiki, très malin…). Soit dit en passant, c’était excellent. Pour le quatrième et dernier plat, nous cuisons des nouilles pendant 20 sec dans le bouillon d’os et versons ce breuvage dans un bol. Bonne petite soupe, mais l’appétit n’étant plus trop là après ce festin, il aurait été préférable de faire plus light pour le dessert. Super expérience en tout cas. Nous rentrons vers 14h, le temps d’aller piquer une tête à la plage et de terminer tranquilou à la piscine.

Tant d’activités la veille nous ont fatiguées, et une petite journée tranquille s’impose donc. Les parents de Val s’envolent le soir venu, et la team des jeunes (Sophie, Clem, Sev et Val) va faire un peu de shopping (achats de petits cadeaux d’aurevoir pour les parents) pendant que les vieux vont directos à la plage. Nous voulons acheter quelques fringues mais tout est atrocement moche donc on arrête rapidement l’expérience. C’est marrant de constater que les trente magasins de la ville ont exactement les mêmes tee-shirts et shorts (tous de grande marque de luxe évidemment). On peut avoir des Channel, Armani et même des LV pour 2$. Trop cool. Allez, remballez vos conneries on va rejoindre les anciens pour déjeuner dans une paillote au bord de l’eau et refaire la baleine. Ceci étant fait, il est temps pour Bridget et Marco de décoller après un séjour d’une vingtaine de jours. Un grand merci de notre part pour tout ! Demain matin, tous ceux qui restent prennent également un avion. Clem/Sophie et Steph/Sylvie pour Hanoi et la Baie d’Halong au Nord. Quand à nous, direction Dalat et la partie Sud du Vietnam. Pour rallier cette ville située dans les montagnes, il aurait fallu deux jours et 20h de car. La décision fut vite prise bien que plus coûteuse.

Hoi an fut la partie la plus relaxante de notre périple, que du bonheur. Après des adieux forts en émotion, nous prenons donc la direction de Dalat en 1h15 d’avion. Nous avons même le luxe d’y arriver en début d’aprèm pour commencer la visite. Et ça c’est beau.

Une petite photo de la team au complet pour conclure cet article :

m3GUmKFeJRnJcy0R.jpg

Bisous à vous tous !

Vietnam – Hoi An

Vietnam – Dalat

Nous arrivons à l’aéroport vers 14h et partageons un taxi avec un couple d’anglais. Comme il est de coutume dans le pays, le chauffeur essaye de nous enfler pendant le trajet, en voulant nous faire payer plus cher vu que nous logeons dans deux hôtels différents. Et patati et patata. No way, ferme la et conduit nous pour le prix convenu. On est tellement rodé qu’il ne cherche pas trop la baston et se détend tout en grommelant « cheap, cheap ». C’est qui les patrons ? Nous arrivons donc tranquilou dans un petit hôtel booké la veille. La proprio est ultra gentille et nous propose une chambre très mignonne avec deux lits doubles et une énorme baie vitrée. Ce n’est pas ce que nous avions réservé (chambre simple avec lit double sans fenêtre) mais comme on est des mecs sympas, elle nous a surclassés. Après avoir posé les sacs, nous décidons de faire le tour du grand lac de la ville. Vraiment très sympa comme atmosphère, le lac étant un endroit reposant entouré de montagnes et la température étant parfaite.

ehD2uvJAyPUqbBLX.jpg

On passe par l’immense marché de nuit sur le chemin du retour et trouvons un restaurant cosy pas trop cher. Mais pour une fois, on se fait un grand plaisir et prenons chacun un plat et une entrée. Petite entorse au budget, mais bon, ça ne nous aura coûté que 5$.

Pour notre premier jour complet à Dalat, nous décidons de découvrir la ville entière à pied. Gros programme et beaucoup de bornes mais c’est vraiment tout mignon. Ancienne ville coloniale française, c’est maintenant un lieu de relaxation pour les riches viêts. On aperçoit de magnifiques villas de type normandes et bretonnes, en passant par de petites ruelles jonchées de maison de toutes les couleurs. On se sent très bien ici. Nous faisons une petite halte dans un centre commercial ultra moderne afin de s’acheter quelques fringues tendances pour être au top de la séduction. Nous tombons au hasard des rues sur l’ancien quartier français avec une très belle gare et une église typique de chez nous.

BNBFgSR46wN0SMl1.jpg

Nous trouvons également une boulangerie qui fait des petits sandwichs au poulet merveilleux. Ça sera notre crédo pour le reste du séjour ici. Dalat est une ville réputée pour le Vin rouge, où les vignes ici sont les plus hautes d’altitude de toute l’Asie. Nous décidons donc d’y acheter un cubi de 3L qui nous servira à notre prochaine étape, à savoir Nha Trang, sur la côte, où nous ne ferons pas de la figuration. Journée très chargée et très crevante qui aboutit sur une soupe de nouilles (ce que nous ne voulions pas forcément, mais la communication avec la restauratrice était difficile). Trop peu pour nous, direction donc la boulangerie pour de nouveaux dwichs magnifiques.

Ayant excellemment arpenté tous les recoins de la ville, le jour suivant nous prenons la décision de louer une mob pour aller découvrir les alentours. Première étape, « les chutes des éléphants » situées à une trentaine de bornes. La route pour y aller est en travaux, et c’est une énorme galère. Après 1 heure de bataille, avec tout de même une petite récompense lorsque nous voyons une viêt se prendre une gamelle juste devant nous en scoot dans la boue (rien de cassé), nous arrivons à la cascade.

xJdFMW461w1m0NTo.jpg

Bof bof, elle ne mérite pas celles que nous avons vues au Laos. Bien casse-couille d’avoir fait autant de chemin pour ça, mais ainsi va la vie. Nous allons ensuite à la pagode Truc’ Lamh, nichée sur une colline. Wonderfull. C’est un ensemble de petits temples et de jardins japonais surplombant un énorme lac naturel.

YRwMczFNF9HGGwKw.jpg

C’est tellement beau qu’on décide d’y déjeuner et de prendre un classique fried noodle chicken. Et là, le drame : encore une putain de soupe qui arrive. Ça nous trou le cul mais pas le choix. On l’enfile à contre cœur, en espérant ne plus jamais retomber sur ce genre de merde, Inch’Buddah mon frère. Nous décidons ensuite de nous perdre autour de ce grand lac afin d’y voir les vignes et la vie locale. Très belle balade. Au retour, nous passons dans la partie nord de Dalat afin d’y acheter une coque d’iPad pour Val. On se retrouve au beau milieu du bordel, avec tout le monde qui roule en bécane et qui n’a aucune connaissance d’un éventuel code de la route. Pas d’angles morts, pas de rétros, tout le monde fonce et klaxonne. Ils n’hésitent pas à coller leurs roues contre la tienne et rien ne se passe, pas de réactions et pas un regard : vraiment aucun respect. De belles burnes en somme, à certaines exceptions près comme partout bien sûr. Après ce petit coup de gueule sur le peuple le plus con que nous ayons rencontré jusqu’à présent, il est temps de rentrer, avec dans le sac quelques sandwichs bien sûr. Demain, direction Nha Trang via le bus que nous avons booké dès notre arrivée sur Dalat. Nous pouvons donc dormir tranquillement pendant notre dernière nuit dans cette petite ville très sympathique.

Publié dans Vietnam

Permalien

Vietnam – Dalat

Vietnam – Nha Trang

C’est vers midi que nous arrivons à Nha Trang après 4h de car relativement calmes pour une fois. Le constat est clair, il s’agit bel et bien d’une grosse station balnéaire et ça respire la fiesta. Un peu sur-construit (style La Baule), on peut quand même noter la sympathie de l’immense plage qui va nous accompagner pendant ces 4 jours de dur labeur. Direct après avoir posé nos sacs, nous mangeons un fried rice rapidement et nous installons à la plage. Et c’est parti pour la session baleine ! Nous nous prenons de méchantes vagues et nous faisons éclater sur le sable, trop bien.

UKvCsM0tp4yEBcaw.jpg

Ici c’est le spot des russes. Il n’y a que ça, cette fois-ci le routard ne nous a pas menti ! Les jeunes femmes sont particulièrement belles (pour être polis, car d’autres termes nous viennent à l’esprit) mais les vieux russes sont vraiment des gros porcs. C’est peut-être les nouveaux riches mais assurément les nouveaux beaufs. C’est affligeant et triste à la fois. De toute façon, on est là pour se mettre la gueule et on entame notre cubi de rouge accompagné d’une bouteille de vodka à base de riz que nous sirotons sur l’esplanade de la plage. Après un petit jeu d’alcool classique à deux, nous allons rejoindre Thierry (un pote des parents de Val) qui est cuistot en France et qui vient avec ses élèves de CAP de Pontivy tous les ans pratiquer la cuisine au Vietnam. D’autres élèves de l’établissement, type BTS, sont aussi présents. C’est donc sur une colonie d’une quarantaine de frenchies que nous tombons. Nous écumons d’abord le « Patrick WineBar », tenu par un breton, pour faire connaissance avec ce fameux Patrick et retrouver avec plaisir Thierry. Après quelques bières, nous prenons le chemin du « Sailing club » qui est une grosse discothèque sur la plage. C’est ici que nos chemins se séparent. Nous nous perdons comme à notre habitude. Sev fait sa soirée dans la street et Val tente deux autres night-clubs, le Why Not et The Angel. Nous nous retrouvons par hasard devant l’hôtel, chacun s’étant perdu et ayant tourné de multiples fois avant de le trouver. Il est temps de faire un gros dodo.

Le lendemain commence plutôt dans l’après midi pour une farniente totale. Bien dans le mal, la seule activité sera la plage. Nous constatons que les transat’ pourraient être un beau réconfort à notre mal-être et le prix négocié de 1$ par personne pour la journée est plus que correct. Un peu de bouquinage et il est temps de fermer la boutique et de se reposer tranquillement le soir.

La journée suivante commence de la même manière. Plage/transat au calme avant de démarrer une nouvelle soirée. Le cubi a déjà tourné, la cause n’étant pas vraiment définie. Peut-être la chaleur ou simplement le fait qu’il soit dégueulasse à la base. Les deux options sont valables. Bref, nous nous remettons à la vodka de riz et retrouvons les petits gars de Pontivy par hasard au « Why Not ». Petite anecdote plutôt drôle, une Française vient voir Val en lui disant « Salut, ma copine te trouve trop mignon mais elle a peur de venir te voir, t’es célibataire ? ». Plutôt marrant quand t’as 20 ans. Nous nous faisons plein de potes anglais et allemands par la suite, avec qui on se marre énormément. Très bonne ambiance. Comme à l’accoutumée, on se perd, mais il est déjà 4h du mat’ donc on se retrouve environ une heure après dans la chambre.

Pas de surprise en se réveillant. Tête dans le cul = plage, transat, bouffe et dodo. Nous réservons un car de nuit qui nous emmènera à Ho Chi Minh le lendemain soir.

Nous nous réveillons pour la première fois avec une forme assez correcte pour pouvoir visiter la ville et les seuls trucs culturels qu’il y a à faire, avant de prendre le night-bus à 19h. Nous marchons le long de la plage pendant une heure avant de découvrir le port de la ville et sa partie plus typique. Nous traversons des petites ruelles sympas et nous dirigeons vers les tours Cham de Ponagar. C’est la seule chose attrayante qu’il reste dans cette ville touristique à souhait. Niché sur une mini colline, cet ensemble de temples hindous est très sympa, et la visite est plaisante.

thrmoNVpeaLau3J3.jpg

Nous décidons ensuite d’aller au centre océanographique pour y voir requins, tortues et poissons rares. Nous prenons un taxi ardemment négocié (nous passons de 120 000 dong soit 6$ à 50 000 dong, l’équivalent de 2,5$). Première quenelle. Nous arrivons à bon port et montrons une fausse carte étudiante (assurance de notre trip qui est en fait le seul bout de papier qu’on a dans le portefeuille) pour payer moins d’1$ chacun l’entrée. Deuxième quenelle. Nous y restons une petite heure et apprécions la multitude de poissons présents tels que les poissons boules, pierres, etc. Sympa. Il est temps de rentrer pour checker les préparatifs des Philippines et être à l’heure pour le bus. Dernière quenelle où nous négocions une moto-taxi encore une fois comme des beaux gosses et montons à trois dessus. Ultra serrés mais ultra économique. Le pilote nous fait une belle frayeur en freinant comme un porki du frein avant et nous manquons d’un cheveu de se prendre une grosse gamelle. Sains et saufs, nous rentrons à l’hôtel et prévoyons à l’arrache le programme des Philippines, avec l’aide de François Le Luherne, qui nous envoie des itinéraires possibles sur 15 jours. Cette aide nous est très précieuse vu qu’on s’y prend vraiment à la bourre. Nous prévoyons 4 jours de treck dans les magnifiques rizières de Batad dans le nord, ainsi qu’une dizaine de jours sur l’île de Palawan. Il est maintenant temps de quitter Nah Trang pour rejoindre Ho Chi Minh by night. Le trajet s’annonce extrêmement relou et ça nous emmerde au plus haut point.

Publié dans Vietnam

Permalien

Vietnam – Nha Trang