États-Unis – Californie du Nord (Route du Sud)

Notre dernier stop avant de rendre la voiture se fait évidemment au McDo journalier, afin de se recharger en protéines et en graisses. Ça requinque. Petit tour sur l’Internet juste pour se rendre compte qu’il n’y a plus un seul hôtel de disponible à SF, sauf à 120$ la nuit… Ça sent la merde. De plus, notre copine Sam (rencontrée pendant une cuite au Chili) qui habite dans le coin ne revient que la semaine d’après. Nous décidons donc de relouer une auto et de pioncer dedans pour le moment. De retour non loin de l’aéroport à l’agence Payless, qui pourrait s’appeler Paymore ou Paybatards, nous rendons les clés, disons au revoir à Marie et Louisa qui vont dormir dans l’aéroport en attendant leur vol matinal (au final elles aussi sont un peu à la rue), et c’est le début de la galère pour nous. Premièrement, on se renseigne pour faire un « One way » entre SF et LA (louer une voiture ici et la rendre à Los Angeles). Nous faisons bien comprendre au mec que nous sommes short en budget, mais ce dernier prend quand même la trace de la carte de Val pour lancer le processus de loc. Prix de la location à la semaine pour un One Way : 1900$. Va bien te faire mettre. Les prix en rendant la bagnole sur place sont beaucoup plus honnêtes, mais c’est sans compter sur la petite surprise finale : « underage fee », moins de 25 ans donc ça fera 200$ de plus. C’est dur à encaisser. Le mec de l’agence fait sa classique réduction mytho et nous refusons donc de prendre la caisse tout de suite. Nous prenons une navette pour l’aéroport afin d’analyser les différentes agences de location sur place et avec l’Internet. Il est maintenant 22h30, et c’est parti les recherches. Pas le choix : nous devrons bel et bien raquer le underage fee. Nous nous renseignons une nouvelle fois sur un One Way pour LA, et là le petit manège du manager commence. -« J’ai entendu One Way ? S’ils prennent ma special car, et que tu rentres ce special code, voilà, hop ça ne fait que 600$ la semaine, soit presque moitié prix. Allez bonsoir messieurs-dames. » Prends-nous pour des cons.
Bref après quelques heures de galère, nous voilà avec une Ford Focus que nous devons ramener la semaine suivante au même endroit pour 350$. Ça le fait. Il est plus de 1h du mat, ça nous pompe l’air. Nous trouvons un spot de pionce en un quart d’heure, on n’a pas de van donc on se fait moins chier qu’en Australie. Sièges baissés, molleton, masque de nuit et boules quies. Top départ.

Le réveil s’effectue aux alentours de 9h30, pas si mal pour une nuit dans une auto. Le temps de se bouger, il est presque midi quand nous débarquons au McDo. Nous y allons vraiment à contrecœur (bernic), mais nous avons besoin de l’Internet donc pas le choix. Après l’établissement de l’emploi du temps des prochains jours, nous partons dans la Silicone Valley afin de trouver un boulot pour Sev (re-bernic). Plus sérieusement, nous souhaitons analyser les cadres de vies des différentes grosses entreprises du coin et espérons pouvoir visiter quelques locaux. Nous commençons par Facebook, et première bache. Pas de visites, la seule chose que l’on peut faire est une photo avec le panneau devant ma compagnie.

YOW6si6j6sSUxeox.jpg

Nous enchaînons avec Google, et là ça ne déconne plus. Le campus est énorme et ouvert au public. Ils mettent des petits vélos à disposition de tout le monde pour se déplacer, c’est vraiment sympa.

Gc2nKSXyKRDEMkpv.jpg

Dès notre arrivée, nous voyons les terrains de foot pour les employés, et également des mecs jouer au foot contact (explications video). Ambiance de rêve. En nous baladant entre les bâtiments, nous croisons uniquement des mecs avec la banane. Ils sont contents d’être là, ça fait plaisir. C’est la classe de bosser là, mais ça reste pour les mecs un peu meilleurs que nous, dommage.

Nous terminons notre tour à Cupertino, pour visiter Apple. Lorsque nous arrivons, le store est fermé et une nouvelle fois pas de visite possible. Nous croisons beaucoup plus de geeks, et sommes étonnés qu’ils aient encore des iPhone 4 en guise de téléphone de fonction. Avec le blé qu’à la firme, ils pourraient au moins leur filer les derniers modèles.

Après cette belle aprèm dans la vallée de l’informatique, nous arrivons à Monterey et trouvons une petite rue sympathique pour dormir (après un McDo bien sûr). Bonsoir.

Le petit réveil à 11h15 fait du bien, belle récupération. Nous démarrons notre maison mobile en direction de la côte. Nous nous arrêtons prendre une petite douche méritée non loin d’une plage, et continuons notre route vers la 17 Mile Drive. Cette road est très connue aux USA. Elle longe les énormes maisons de toutes les stars américaines et le fameux golf de Pebble Beach. L’entrée pour un véhicule s’élève à 10$, ça le fait. Nous nous arrêtons à plusieurs points de vue vraiment mignons, où l’Océan Pacifique vient se marier avec la Terre (c’est beau).

Tf72VZD4zn8lypxX.jpg

Un nouveau point de vue quelques mètres plus loin nous permet d’observer les lions de mer sur un rocher. Ils sont trop mignons à sécher puis retourner dans l’eau, et ils font un bordel monstre à gueuler c’est plutôt marrant.

YKGFCjRTktv0kqmJ.jpg

Par contre ça pue le poisson digéré assez violemment. Nous nous posons un peu plus loin pour pique-niquer dans un cadre idyllique.

OsfVUfP5JwX3PWrj.jpg

En continuant sur la 17 Mile Drive, nous entrons dans un bois et croisons d’énormes baraques de milliardaires qui ont vraiment la classe. De l’autre côté de la route, nous apprécions la vue sur le Lone Cypress, un cyprès solo sur son rocher, qui est un des emblèmes de la Californie.

8HNpsmYU5nimmzpX.jpg

Nous terminons cette fameuse route avec Pebble Beach, mondialement connue pour son parcours de golf hardcore. Ça sent un poil le pognon. Boutiques de golf, les gens sont bien habillés et la plage n’est pas accessible pour des petits pauvres comme nous, dommage. Juste après, la plage de Carmen est quant à elle ouverte au public et est super mignonne. Nous flânons ici toute l’après-midi, puis retournons au McDo de Monterey pour le package bouffe/Internet (c’est un rituel), et nous dormons de nouveau au même spot que la veille.

Mercredi, nouveau programme : nous débutons par une balade pédestre à Lobos Point. Au niveau des panoramas, ça ressemble beaucoup à la 17 Mile Drive et même à la côte sauvage de Quib’ par endroits. Nous voyons encore plein de lions de mer sur les rochers. Nous finissons la promenade en face de l’île aux oiseaux où des centaines de pélicans et cormorans s’entassent.

Après cela, nous reprenons la route vers Big Sur. La grande classe : le Pacifique vient cette fois s’échouer sur d’énormes falaises, et il y a aussi des petites criques où l’eau est turquoise. Nous apprécions le spectacle du haut de ces montagnes, où chaque virage nous propose un nouveau point de vue superbe.

O7l8cE7woR9ayt2c.jpg

Nous retournons ensuite à Carmen pour nous balader dans le bourg, et voir le restaurant de Clint Eastwood (qui a d’ailleurs été maire de Carmen deux années durant). Nous terminons la journée par une petite limonade dégueu dans un café sympa. Nouvelle nuit sans encombres dans la bagnole à proximité de Santa Cruz, complétée par une journée off sur la belle plage du même nom. Écriture du blog, sieste, balade à la fête foraine et beach-volley rythment ce jeudi ensoleillé. Ambiance détente.

rq1ZRpE1uaR3r45y.jpg

Le lendemain, nous retournons dans la Silicone Valley pour visiter le campus de l’université de Stanford. Rivale de Harvard, du MIT, de Cambridge, de Berkeley et de Yale, cette école un poil onéreuse bénéficie d’un avantage de poids qu’est le climat. En prime, le parc de 3200 ha, les 19 bibliothèques, le stade nautique et le terrain de golf viennent combler les étudiants. Nous avons le droit à une petite visite guidée par un étudiant afin de glaner pas mal d’infos pour la rentrée des classes. Malheureusement, nous nous y prenons un tout petit peu trop tôt et les cours n’ont toujours pas repris, du coup c’est plutôt calme. La visite est tout de même très intéressante, et on voit qu’un bon nombre de génies de la Vallée vient d’ici : Hewlett et Packard par exemple, ou encore Sergey Brin et Larry Page, fondateurs de Google à la fin des années 90. C’est un autre niveau…

XxdKCDFoq3KNJJWJ.jpg

Une fois la visite terminée, nous prenons le temps de naviguer dans cet immense campus en voiture, pour voir les maisons de fraternités, les chambres d’étudiants, etc. Nous nous dirigeons ensuite vers le McDonald pour savourer une nourriture inconnue (on aurait dû les compter). Comme vous pouvez le voir, nous avons nos petites habitudes, et c’est donc au tout premier spot de pionce, proche de l’aéroport de San Francisco, que nous passerons la nuit.

Publié dans U.S.A

Permalien

Les commentaires sont fermés.